Destins Liés - Le Contrat - Morgane Perrin

Destins Liés - Le Contrat

By Morgane Perrin

  • Release Date: 2020-04-16
  • Genre: Thriller
Score: 3.5
3.5
From 30 Ratings

Description

Ils se sont connus au lycée. Lui, Ethan Cooper, le gars populaire et aimé des filles. Elle, Chanel Foster, celle qui lui rédigeait ses devoirs de Français, trop obnubilée par son charme.

Il est maintenant le PDG de son entreprise, la Cooper’s Compagny et propose LE poste de directrice marketing dont elle rêve.

Pour l'approcher, elle tente de le voir à l’une des soirées qu’il organise. Ça aurait pu être aussi facile que ça... Mais non !

Au cours de cette nuit-là, il lui propose un contrat : si elle accepte de travailler pour lui en tant que simple assistante, pendant six mois, en étant disponible jour et nuit pour lui, le poste qu’elle souhaite sera à elle.

Arrivera-t-elle à tenir six longs mois ? Résistera-t-elle à son charme, qui l’a tant affectée dans son adolescence ?

***

– Alors comme ça, on me vouvoie maintenant ? Si je me souviens bien ce n'était pas pareil la dernière fois... murmure-t-il à mon oreille.

Mon corps est en ébullition. Il est beaucoup trop proche de moi, ce qui a pour conséquence l'accélération fulgurante des battements de mon pauvre petit cœur. L'une de ses mains vient toucher une mèche de mes cheveux.

Est-ce normal qu'un patron fasse cela ?

Je ne crois pas.

J'aimerais le repousser une nouvelle fois et l'éloigner, mais mon corps ne réagit pas. J'étais faible étant jeune face à ses beaux yeux, et je constate que c'est encore le cas aujourd'hui.

Son corps se rapproche encore plus du mien, comme pour le tester, jusqu'à y exercer une pression. Vue de l'extérieur, la situation est très ambiguë.

Quoique, de ma place, ça l'est encore plus. Mais à quoi il joue ?

– C'était une erreur. Vous êtes mon patron maintenant et j'ai pris trop de familiarités ce soir-là, veuillez m'en excuser, rétorqué-je finalement en le repoussant de mes mains sur son torse.

Je peux sentir sa magnifique sculpture sous mes doigts. Il se recule, mais pas suffisamment à mon goût.

– Une erreur ? demande-t-il sans retirer de son visage son air moqueur qui m'agace de plus en plus.

J'ai l'impression, avec la tête qu'il fait, que je me fourvoie totalement. Pourtant il est mon patron, et gardera cet unique statut.